Connexion

OFFICIER DES AFFAIRES INDIGÈNES

Photo : le lieutenant De Bournazel au milieu de ses Branès.

(+ diaporama au bas de la page)

Pour figurer au diaporama, les photos de vos aïeux sont les bienvenues !


OFFICIER DES AFFAIRES INDIGÈNES

ou OFFICIER A.I.


L'Atlas, où je traîne mes guêtres depuis bientôt quarante ans, est le domaine des tribus berbères. Les Aït Seghrouchen et les Aït Youssi dominent dans la région de Boulemane, où je tiens ordinairement mes quartiers. Pour réaliser le film "Le Capitaine Cassou", je me suis penché sur les rapports humains qui existaient entre les officiers français et les populations locales, avant l'indépendance du Maroc. Dans ce domaine, les clichés simplificateurs en vogue, comme tous les clichés, nous éloignent de la vérité. En vérité, c'était tout sauf simple, comme tout ce qui est humain.

Lyautey, qui est à l'origine de tout, avait mis en oeuvre l'impossible, mais un impossible qui  touchait tout ce qu'il y avait en lui de plus profond : servir son pays et servir un roi. Ce roi régnait sur un autre pays, que la France voulait faire entrer dans sa zone d'influence. Le Maroc. Grâce à Lyautey, et malgré ses successeurs, la relation entre la France et le Maroc ne sera jamais celle que la France entretient avec les pays colonisés, et les relations entre Français et Marocains ne ressembleront à aucune autre.

On ne peut pas résumer tout cela en quelques lignes, sans devenir simplificateurs à notre tour. Risquons quand même quelques mots sur les montagnes marocaines.

Chaque poste de l'Atlas, qui commande toute une région, est placé sous la responsabilité d'un "Officier des Affaires Indigènes". C'est souvent un jeune officier, parfois un gamin de 22 ans, qui se trouve à la tête d'une région qui peut être immense. Il arrive chez des hommes dont les anciens de la "pacification" ont vanté les mérites : un courage invraisemblable, une fidélité sans faille à l'homme qu'ils ont choisi.

Sa mission lui commande de tout faire : il doit mettre en valeur la région, construire des voies de communication, des routes, des pistes, des ponts, créer de nouvelles zones agricoles, construire des petits barrages, des canaux d'irrigation, siéger au tribunal coutumier où sa parole est prépondérante, créer des écoles, des centres de soins pour les hommes et les animaux, organiser des campagnes de vaccination, créer des centres d'aide à l'agriculture,  organiser les parcours de transhumance, interrompre le déboisement et reboiser, maintenir l'ordre, organiser la vie sociale sur des bases nouvelles, enrôler des soldats, les instruire... Le miracle est que l'immense majorité d'entre eux y arrivera, tout en liant avec la population des liens d'amitié qui souvent, après les campagnes de 43-45, deviendront des liens de fraternité. L'épouse de l'officier joue un rôle très important : elle soigne, surtout les enfants, elle éduque, surtout les femmes, et elle tient la maison pour organiser les réceptions, très importantes.

C'est une partie de l'action de la France en pays berbère. Bien sûr, il y a l'autre partie : elle a d'abord tué un grand nombre de ces Berbères, dans des combats inégaux qui ont duré vingt-sept ans, et puis en a emmené se faire tuer aux quatre coins de la planète, et puis et puis... La France s'est conduite en la circonstance comme toutes les nations dominantes de l'histoire depuis que le monde existe, alors qu'on aurait voulu qu'elle se conduisît autrement... On peut toujours refaire l'histoire à l'aune des bons sentiments, alors qu'elle n'a jamais eu rien à voir avec. Par exemple, pour ma part, j'avais faite mienne cette idée de Jules Roy, qui disait que si la France avait appliqué dans un de ses départements, l'Algérie, les lois de la République, celle-ci serait toujours française. On peut dire que non, mais ce qu'on ne peut pas dire, c'est que ç'aurait été pire...

Bon, revenons au Maroc. Pour avoir un point de vue sur le protectorat, voyez le film "le capitaine Cassou", bien sûr...


 

Sites sur les Officiers des Affaires Indigènes : voir la page "GOUMIERS"

 

Je remercie les amis et familles des officiers A.I. qui m'ont permis de reproduire les photos ci-dessous (copiright)

Lyautey 
 < 
 >