Connexion

LECTURES

LIVRES


Comme Montaigne -manque de modestie sans doute- « Je n’aime que les livres plaisants et faciles, qui me chatouillent, ou ceux qui me consolent et conseillent à régler ma vie et ma mort, "me promenant, silencieux, dans les forêts paisibles, préoccupé des choses dignes d’intéresser le sage et l’homme de bien" (Horace) »

Je lis très peu les contemporains hexagonaux… Houellebecq est à mes yeux un auteur important, pour ses deux premiers livres, autant comme sociologue que comme écrivain… Pour le reste, des six cents romans qui sortent chaque année en France, combien en restera-t-il quelques mois plus tard ? 

Philip Roth me subjugue. Personne n’a parlé comme lui ni de la jeunesse (Portnoy) ni de la vieillesse (Un homme), tandis que Coetzee me touche quand il parle de la cinquantaine (Disgrâce). Jim Harrisson m’emmène souvent à la pêche dans le Michigan. J'ai un plaisir immense à entrer dans le monde de Kawabata.

Je remonte volontiers dans le temps… D’abord jusqu’à Camus, qui illumine tout ce qu’il touche, puis Céline, sur le bateau qui l’emmène vers l’Afrique.

C’est au XIX°s que je trouve mes enchantements. Chez tous les poètes bien sûr, chez la plupart des romanciers, chez Stendhal pour les personnages : Lucien Leuwen par exemple, et absolument tous les portraits féminins...

Plus loin encore, j’ai plaisir à flâner avec Rousseau… Et en vieillissant, j’en suis  à remonter encore dans le temps : Racine, Montaigne, Rabelais,  et sur les conseils de Montaigne, Virgile, Sénèque...

Mais les Russes… Dostoïevski, sur le rythme d'un Indiana Jones, m'emporte dans la folie de ses personnages et de ses intrigues, et je place au sommet, dans tous les aspects du roman, Tolstoi. J'ai envie de dire qu'on doit lire et relire Tolstoi, et puis le reste de la littérature si on a le temps… Norman Mailer disait que l'écrivain russe valait "dix mille très bons écrivains" et vous connaissez le mot d'Alain : «Lisez, relisez ces pages éternelles. N'espérez pas en trouver ailleurs l'équivalent».

Depuis quelques années, je retrouve une démarche de jeune étudiant, et je relève dans certains livres des citations ou passages qui m’ont marqué, étonné, amusé … Vous les trouverez dans les pages jointes.

Je regrette de ne pas l’avoir toujours fait. Il faudra tout relire… La vieillesse m’y aidera peut-être, car j’ai très longtemps négligé la lecture - quand j’avais une vie plus riche. Lire est un désespérant aveu de faiblesse : c’est avouer que la vie des autres est plus belle que la nôtre… Ça n’a pas toujours été le cas, heureusement.

Juste pour partager quelques petits bonheurs de lecture…
J'attends les vôtres.
francis.boulbes@gmail.com